Suite du conte "Crainte & Espérance"

Publié le par Sabine

 

Ainsi l'une montrait le soleil
Et toute chose qui émerveille
Quand l'autre prédisait le pire
Toutes les épreuves à venir


« Mais vous allez me rendre fou
A vous contredire sur tout l
Qui de vous deux est la menteuse
L'émerveillée ou la peureuse ? »
« La vie est comme une fontaine
Qui pleure toujours, grande est sa
peine »

Disait la Crainte en illustrant
Ses dires de tristes arguments


« Une fontaine, c'est bien cela
Mais qui chante, ne l'entends-tu
pas ? »
Répondait toujours l'Espérance
Avec un grand sourire d'enfance

 

Le Prince soudain les regarda
L'une légère, pleine d'éclat
Et l'autre grise et tourmentée
Aux abois, toujours effrayée


« À quoi me sert la prévoyance
Si je suis à demi vivant
Le soleil, m'a dit l'Espérance,
Revient après le mauvais temps !
Les orages sont passagers

Mieux vaut croire à la vérité
Du beau temps qui revient toujours

 

 

Ne pas douter de son retour.


Je préfère entrer dans la danse
Et accueillir chaque saison
Marcher au bras de l'Espérance
Avec le bleu pour horizon l »


Ainsi la crainte fut congédiée
Qu'importe, on l'appelait ailleurs
Les hommes ont souvent préféré
Ses conseils au chant de leur cœur


Peut-être croiseras-tu pourtant
Par grand soleil ou mauvais temps
Quelqu'un qui porte en son regard
Toujours une lueur d'espoir
Un homme heureux aux yeux
d'enfant
Tout environné de printemps.


(...) Les meilleurs choses
ont peut-être une fin.
Mais
elles ont aussi
un commencement.»

 

François Garagnon

"Jade et les sacrés mystères de la vie"

(Chap 3  "la parabole des deux sentinelles")

  Lire le début du conte  

Publié dans Poèmes

Commenter cet article